Aller au contenu

Les téléconsultations désormais entièrement remboursées par la Sécurité Sociale


Dès le 15 septembre 2018, la Sécurité Sociale  remboursera tous les actes de téléconsultation avec des médecins,  généralistes ou spécialistes. Une bonne nouvelle pour de nombreux  patients.

        

Une bonne nouvelle vient de  tomber pour tous les patients français. En effet, si les  téléconsultations étaient autorisées depuis de nombreuses années en  France, la question du remboursement ne semblait pas faire partie des  priorités de l’assurance maladie. Seules certaines complémentaires santé  proposaient de couvrir une partie des frais, laissant au patient un  reste à charge souvent important. Un inconvénient qui n’a pas manqué de  causer un certain tort à la pratique de la téléconsultation : les  français, habitués depuis des décennies à se voir rembourser l’ensemble  de leurs frais médicaux, sont très souvent refroidis par la perspective  de devoir débourser des centaines d’euros pour une consultation qui,  habituellement, ne devrait rien leur coûter. Un véritable frein au  développement de la téléconsultation, car la pratique, depuis son  existence, n’a jamais su véritablement percer dans l’hexagone, lorsque  d’autres pays semblent déjà s’y être largement familiarisés.

        
Pourtant, les avantages liés à  la téléconsultation sont nombreux, et de poids : en plus de désengorger  des cabinets médicaux déjà surchargés, la pratique permet,  individuellement, d’éviter l’éternel ennui de la salle d’attente. Un  argument de taille lorsque l’on sait que l’attente, d’un cabinet à  l’autre, peut rapidement atteindre une demi-journée. De plus, le  déplacement s’avère être une contrainte certaine pour beaucoup de  patients ; de la mère de famille nombreuse au cadre pressé, beaucoup  rencontrent des difficultés lorsqu’il s’agit de se libérer dans la  panique pour un rendez-vous mal placé. Pour toutes ces raisons, la téléconsultation paraît une solution prometteuse et pleine d’avenir.

        
Depuis septembre 2018, la téléconsultation désormais prise en charge
        
Afin de résoudre ce problème,  le gouvernement a décidé de prendre le problème à bras le corps. Dans  une mesure destinée à pallier à la désertification médicale qui sévit en  France, le ministère de la Santé a récemment décrété que les actes de  télémédecine devaient désormais être pris en compte comme de véritables  recours médicaux, prenant exemple sur d’autres pays où la pratique  rencontre dors et déjà du succès. Ainsi, depuis le 15 septembre 2018, la  téléconsultation est désormais prise en charge par l’assurance maladie,  au même titre que toute autre consultation classique.

        
Toutefois, le gouvernement a préféré imposer certains gardes-fous  afin de limiter les abus : pour que la prise en charge soit effective,  le patient doit obligatoirement respecter le parcours de soin  coordonnée, tel qu’il est défini par l’assurance maladie. En bref, tout  patient souhaitant avoir recours à la téléconsultation doit au préalable  rencontrer son médecin traitant, afin de lui en faire la demande  expresse. Malgré tout, certaines possibilités permettent d’éviter cette  étape : si le patient n’a pas de médecin traitant attitré, ou si  l’urgence justifie le recours à la téléconsultation sans respect du  parcours de soin.
        
Des modalités simplifiées pour une meilleure efficacité

Comme pour toute consultation  chez un médecin, la téléconsultation vous sera facturée en fonction du  secteur du praticien consulté. Pour le paiement, le patient se verra  proposer de régler sa téléconsultation par chèque, ou par carte  bancaire, au moyen d’une plateforme en ligne complètement sécurisée.
        
Dors et déjà, les patients en affection de longue durée (ALD), les femmes enceintes ainsi que les bénéficiaires de la CMU-C ou de l’ACS seront soumis au tiers payant, et n’auront rien à régler au terme de la séance.

        
Côté remboursement, les  téléconsultations seront remboursées à la même hauteur que tout autre  acte médical. Toutefois, rien n’est encore prévu pour une lecture à  distance de la carte vitale des patients. Ainsi, c’est le praticien lui-même qui se charge de transmettre vos données administratives à l’assurance maladie.

        
La téléconsultation, ainsi  facilitée, est promise à se démocratiser rapidement dans les foyers des  français. Et si vous aussi souhaitez en savoir plus sur cette pratique,  et apprendre comment l’utiliser à votre tour, nous vous invitons à  consulter notre foire aux questions, où vous trouverez de nombreuses informations pratiques sur la question.
Retourner au contenu